Justice

Programmes et services

Quelques faits

  • La sécurité du public et la réadaptation des délinquants sont nos priorités.
  • Il est prouvé que les interventions précoces en milieu communautaire et les programmes de déjudiciarisation sont les meilleures méthodes pour modifier les comportements criminels.
  • En soi, l'emprisonnement n'aide en rien à modifier un comportement criminel.
  • Isoler physiquement une personne de sa famille et de sa communauté ne l'aide guère à faire les apprentissages (dont le deuil et le pardon) et le travail sur soi nécessaires à une réadaptation en profondeur et durable.
  • Des peines de longue durée dans des établissements carcéraux ne contribuent pas de façon majeure à réduire le taux de criminalité ni celui de récidive. 

Faits concernant les détenus

  • La majorité des détenus est de sexe masculin.
  • L'âge moyen des détenus au CCW se situe entre 22 et 26 ans.
  • Entre 70 % et 90 % des détenus sont d'ascendance autochtone (la plupart de la région de Whitehorse). 
  • Les détenus purgent des peines variant en moyenne entre 45 et 90 jours, mais certains y sont pour des peines de plus longue durée.
  • On estime que 90 % des détenus ont un problème de toxicomanie ou d'alcoolisme.
  • Un bon nombre de détenus prennent part aux Programmes d'aide aux délinquants offerts par la Section de la prévention de la violence familiale.

Personnel

  • Le personnel du Centre correctionnel de Whitehorse se compose d'environ 80 personnes, dont la majorité sont des agents de correction. Le reste des effectifs inclut les gestionnaires de cas, le personnel administratif, les employés de cuisine, les responsables des loisirs, le personnel d'entretien, de même que la venue de personnes des collectivités pour aider à la programmation.

Tendances nationales en ce qui a trait aux services correctionnels

  • On se préoccupe davantage des règles du droit et de la justice.
  • L'accent est mis sur l'évaluation des besoins des délinquants et des risques qu'ils posent et la gestion de ces derniers.
  • On tient compte des besoins des victimes.
  • On recourt à d'autres solutions que l'incarcération.
  • On accorde une plus grande attention à la sensibilisation et à la participation des communautés.
  • On cherche à réduire les coûts afférents aux services correctionnels.
  • On prête une attention particulière aux ressources humaines.
  • On fait appel de plus en plus à la participation du secteur privé.
  • Les services correctionnels adaptés aux Autochtones prennent plus d'ampleur.
  • On accorde une place de plus en plus importante à la technologie.
  • Des mesures sont prises pour permettre l'intégration communautaire.
  • On accentue la mise sur pied de programmes communautaires.

Le ministère de la Justice s'acquitte de son obligation d'assurer la sécurité publique en mettant en œuvre ou en administrant les programmes et services suivants :

  • services correctionnels et de probation au Centre correctionnel de Whitehorse et dans les communautés;
  • services policiers fournis par la GRC en vertu d'un contrat administré par le Ministère;
  • programmes d'aide aux délinquants et aux victimes de violence familiale et d'autres actes criminels;
  • programmes axés sur la prévention du crime;
  • services de justice communautaire offerts dans diverses collectivités en partenariat avec les comités de justice communautaire concernés.

Ces tâches incombent principalement à la Direction de la prévention du crime et du maintien de l'ordre.